Un grand explorateur

Par: EREMY FREEDDate: 2018-07-11
Zombie Roof (à Squamish, en Colombie-Britannique) est un rocher presque horizontal qui émerge d’un flanc de montagne escarpé. En faire l’escalade est exceptionnellement exigeant; la petite taille est contrebalancée par la difficulté technique. C’est exactement le genre de défi qu’adore relever Sterling Pierce Taylor, photographe, alpiniste, et dernièrement, mannequin pour Samuelsohn.

« C’est probablement l’un des exploits dont je suis le plus fier », a dit Taylor à propos de sa récente conquête du Zombie Roof, qu’il n’avait pas étudié auparavant – ce que personne n’avait réussi à faire avant lui. Comme il l’explique, quand il effectue de telles ascensions, il pousse son corps et son esprit au-delà de leurs limites. « Vous insérez vos mains et vos pieds dans de petites fissures, et au fur et à mesure que les minutes avancent, vous perdez de l’énergie, de l’acide lactique se forme dans vos muscles, et vous essayez de tenir le coup. »

 

La passion de Taylor pour l’escalade l’a amené à voyager à travers le continent, du parc national de Joshua Tree, en Californie, jusqu’au site Indian Creek, en Utah, et à la montagne Denali, en Alaska. Il en a profité pour prendre des photos, mais plus récemment, c’est plutôt lui qui s’est retrouvé devant l’objectif à l’occasion d’une séance avec Harry Rosen et la marque montréalaise de vêtements masculins Samuelsohn.

 

« Samuelsohn cherchait quelqu’un avec un style de vie actif, puisque c’est le genre de personne à qui s’adresse sa collection », a déclaré Taylor au sujet de la collaboration. Même si les vêtements portés durant la séance photo ne ressemblaient en rien à sa tenue d’escalade, ils ont fait bonne impression en raison de leur adaptabilité et leur apparence. « Ils sont bien conçus, respirent bien et sont juste assez extensibles tout en étant très élégants. »

La prochaine étape pour Sterling Pierce Taylor? Le parc national de Yosemite, où il tentera une escalade libre (sans assistance) du sommet d’El Capitan, qui s’élève à 2300 mètres d’altitude. Il s’agit d’un défi de taille, que l’alpiniste a hâte de relever. « J’adore l’aspect d’aventure qui s’y rattache. Me placer sur une fine corde, à des milliers de pieds du sol, me ramène à l’essentiel. »
Abonnez-vous à l'infolettre de Harry Rosen et vous recevrez nos réductions exclusives, nos suggestions de style, et plus.