Fermer
    Aller au contenu Aller à la navigation

     

     

     

    Un aperçu historique du chandail à capuchon

     

    La genèse d’un élément essentiel de la garde-robe actuelle

    Plus douillet qu’une couverture polaire, plus relax qu’un chandail ordinaire et d’une polyvalence quasi infinie, le chandail à capuchon a su prendre sa place dans les garde-robes masculines du monde entier. Bien qu’il soit présent partout, qu’il figure dans les collections de la majorité des créateurs de mode et qu’il soit offert à tous les prix, le chandail à capuchon a connu des débuts étonnamment modestes.

     

    En 1919, les frères Feinbloom ont fondé la Knickerbocker Knitting Company à Rochester dans l’État de New York. Le sport universitaire allait prendre son essor dans les années 1920 et 1930, stimulant par le fait même la demande pour des vêtements de sport résistants et décontractés que l’on pourrait porter tant sur le terrain qu’à l’extérieur de celui-ci. C’est ainsi qu’a commencé l’âge d’or du style BCBG des grandes universités et qu’est apparu le fameux chandail à capuchon.

    hoodie_notebook_ss20.jpg

    Les tailleurs avaient bien compris l’importance du vêtement à capuchon depuis l’époque médiévale. Toutefois, un changement technologique a permis aux frères Feinbloom d’adapter cette ancienne pièce d’habillement à la vie moderne. Au cours des années 1930, l’entreprise rebaptisée Champion Sportswear a été l’une des premières à produire un nouveau type d’étoffe de coton à tissage inversé qui se révélait à la fois épaisse, confortable et – encore plus important – irrétrécissable. Cela signifiait que le vêtement pouvait être porté et lavé un nombre incalculable de fois, tout en devenant de plus en plus doux et confortable. On lui a ajouté des poignets élastiques et un capuchon pour qu’il garde au chaud celui qui l’enfile. Voilà comment est né le chandail à capuchon que l’on connaît aujourd’hui.

     

    Initialement appelé « chandail molletonné de la ligne de côté », le chandail à capuchon a tout bonnement conquis le monde du sport. Pendant les années 1960, grâce à des légendes comme Mohamed Ali (qui s’est souvent fait photographier à l’entraînement ainsi vêtu), le chandail à capuchon a été associé au prestige et à l’esbroufe des célébrités sportives. Au cours de la décennie suivante, des idoles du sport comme Joe Namath et – le plus célèbre de tous – Rocky Balboa ont permis à cette image de se perpétuer. Au même moment, le chandail à capuchon s’intégrait aux sous-cultures des côtes est et ouest des États-Unis, tant auprès des planchistes californiens que des graffiteurs et des pionniers du hip-hop new-yorkais.

     

    Durant les années 1980 et 1990 alors que la culture hip-hop et les planchistes exerçaient une grande influence sur la mode grand public, le chandail à capuchon a pris du galon. Bien que sa silhouette demeurait essentiellement la même, à l’instar du t-shirt en coton classique, ce vêtement s’est avéré une véritable toile de fond pour l’expression créative. Au début des années 2000, les créateurs sont allés encore plus loin en le confectionnant dans de somptueux tissus unis ou élégamment imprimés. En 2004, la marque de mode urbaine japonaise A Bathing Ape a lancé son modèle Shark dont le capuchon est doté d’un motif de mâchoire de requin et d’une fermeture à glissière. Quelques années plus tard, grâce à des partenariats avec des marques comme Vetements, Supreme et Off-White, Champion Sportswear a pris sa place dans l’histoire à titre de créateur de l’un des vêtements masculins les plus appréciés.

     

    Alors que nous venons d’entrer dans la troisième décennie du 21e siècle, l’amour que l’on porte au chandail à capuchon n’est pas près de s’éteindre. De nouveaux modèles signés notamment par Z Zegna, Reigning Champ et Canada Goose repoussent encore les limites de la création. L’évolution du code vestimentaire permet d’assortir le chandail à capuchon à tout article, du jean au veston habillé. Près d’un siècle après sa naissance, le chandail à capuchon demeure le maître de l’univers des vêtements pour homme. Et malgré son âge, il ne montre aucun signe de ralentissement.

    loading