Fermer
Aller au contenu Aller à la navigation

 

Ralph Lauren est toujours au volant

 

Comme plusieurs, l’entrepreneur se passionne de voitures, mais sa collection ne ressemble à aucune autre.

Ralph_Lauren_s_.jpg

« Je n’avais pas de vélo quand j’étais enfant », a confié Ralph Lauren au New York Times récemment, se remémorant sa jeunesse modeste dans le Bronx.

 

Les choses ont bien changé. Aujourd’hui, M. Lauren possède une collection de voitures anciennes d’une valeur de plusieurs millions de dollars – ce qui compense largement le vélo qu’il n’a jamais eu! La fibre de carbone, les volants Bakelite et les détails ont souvent servi d’inspiration à ses créations.

 

« Ce n’est pas une question d’argent », a répondu M. Lauren lorsqu’on lui a demandé la valeur exacte de sa collection. « Pour cette raison, j’hésite à donner des chiffres. Les voitures, les vêtements et toutes les autres choses de ma vie naissent d’une passion. C’est ainsi que j’ai bâti mon entreprise; je n’avais reçu aucune formation. »

 

La relation que M. Lauren entretient avec les voitures est sentimentale et date de sa jeunesse. Il se rappelle dans les moindres détails la Pontiac 1949 bleu marine de son père.

ralph-garage.jpg

Sa toute première voiture était une Morgan britannique, mais il a dû la vendre parce que les réparations étaient trop couteuses. Bien sûr, il l’a rachetée par la suite, et il la maintient en parfait état depuis ce temps – avec les 80 autres véhicules et plus de sa collection.

 

Durant son parcours, qui l’a fait passer de fils d’un peintre en bâtiment à propriétaire d’une marque de renommée internationale, avec un avoir net personnel de 5,8 milliards de dollars selon Forbes, il a découvert qu’il pouvait satisfaire ses besoins matériels de façon maximaliste, comme un pharaon américain.

 

En plus de son duplex épuré sur Fifth Avenue avec vue sur Central Park, le créateur possède un manoir normand à Westchester, une propriété en bordure de l’océan à Montauk, une maison de vacances en Jamaïque, et un ranch de 64 000 m2 (16 000 acres) dans la chaine de montagnes San Juan, au Colorado. C’est à ce dernier endroit que M. Lauren, maintenant âgé de 77 ans, s’adonne le plus souvent à la conduite, que ce soit de ses motos de collection ou de ses véhicules classiques, incluant une Ferrari Testarossa de 1958, une Alfa Romeo de la course Mille Miglia de 1938, une Bentley Blower de 1929 et une Mercedes-Benz SSK Count Trossi de 1930 (qui existe en un seul exemplaire au monde).

10RALPH2-master675.jpg

Parfois, M. Lauren conduit même l’une des Maserati qu’il a achetées il y a plus de quatre décennies, ou il prend le volant de sa McLaren en M à trois places (qui peut passer de 0 à 100 km/h en 2,8 secondes), ou de sa Mercedes 300SL décapotable de 1956 (qui, selon lui, est surement la voiture que les gens s’imaginent que Ralph Lauren conduit). S’il sort rarement sa Bugatti Type 57SC Atlantic de 1938, ce n’est pas parce qu’il a peur d’abimer l’un des plus grands chefs-d’œuvre automobiles de tous les temps. « C’est l’une des plus belles voitures jamais construites, » a-t-il déclaré au sujet du véhicule que l’industriel Gianni Agnelli lui-même a déjà inspecté. « Mais sa conduite n’est pas à la hauteur de son apparence. »

ralph-runway-2.jpg

 

Ralph Lauren a invité 500 personnes à son garage privé pour une présentation et un repas lors de la Semaine de la mode.

Il convient de noter que la longévité de la marque Ralph Lauren, dans une industrie de plus en plus inconstante et intégrale, est attribuable en partie au sens des affaires de M. Lauren, mais aussi grandement à son instinct. Il semble animé d’une conviction complète et sereine.

 

« Tout ce que j’ai fait dans ma carrière, je l’ai fait de façon personnelle », a-t-il dit en s’arrêtant un moment devant une voiture que Batman aurait pu conduire le weekend. « Cinquante ans dans cette industrie, c’est un exploit en soi. »

 

 

 

 

 

 

Extraits du New York Times

 
loading