Fermer
Aller au contenu Aller à la navigation


 

Kiton, le luxe rehaussé d’un cran

 

Adoptez la confiance et la prestance italiennes de Kiton.

Certains produits de luxe essaient un peu trop d’attirer l’attention sur leur supériorité, mais ce n’est pas le cas de ceux créés par la griffe Kiton, qui sont empreints de la confiance en soi napolitaine.

 

Cette société basée à Naples emploie 300 maitres tailleurs qui consacrent entre 25 et 50 heures de savoir-faire minutieux sur un seul veston. Un peu comme le plus fin des margaux ou une Ferrari personnalisée, le veston Kiton est une rareté. Chaque modèle est confectionné à partir de tissus sublimes qui sont fabriqués exclusivement pour la marque, dans son propre moulin. Mais contrairement à d’autres trésors, celui-ci ne devrait pas être caché!

 

« Même si ces vestons présentent des tissus et confections d’une grande finesse, ce ne sont pas des objets précieux qu’on laisse dans la garde-robe, » explique Shannon Stewart, gestionnaire adjointe des produits chez Harry Rosen. « Ils sont comme des amis de longue date. Oui, ils nécessitent un certain investissement, mais pour ceux qui peuvent se le permettre, ces vêtements sont si bien conçus et confortables qu’ils demandent à être portés encore et encore. »

 

Le dévouement de Kiton envers le savoir-faire ainsi que sa passion pour la qualité supérieure proviennent de son fondateur, Ciro Paone, qui est maintenant âgé de 82 ans. Les membres de sa famille travaillaient dans l’industrie du textile – ils achetaient des tissus luxueux en Angleterre et en Écosse et les revendaient aux couturiers napolitains, et même un peu partout en Amérique du Sud.

 

Comme il n’était pas tailleur lui-même, M. Paone ne se sentait pas obligé de faire les choses à sa façon lorsqu’il a créé Kiton (le nom de la marque est tiré d’un mot grec décrivant une tunique cousue). Au contraire, il préférait confier la confection de ses produits à un groupe de maitres tailleurs hautement qualifié. Encore aujourd’hui, ces experts assemblent les vêtements de Kiton presque entièrement à la main. Le local où ils travaillent est étonnamment silencieux; on entend seulement les pédales des anciennes machines à coudre de temps à autre. L’usine a même sa propre école de formation, où de jeunes Napolitains ambitieux et avides de connaissances peuvent apprendre les traditions de leurs ancêtres.

 

« Pour cette marque, ce n’est pas une question de mode, mais bien de style, » nous dit Larry Rosen, le PDG de Harry Rosen. « Kiton est un véritable joyau de l’industrie en raison de sa passion incroyable pour le travail manuel et les techniques artisanales. Obtenir une telle approche et de tels résultats tandis que tous les autres ont recours à des machines… il n’y a rien de plus pur. »

 

CE QUI REND LA MAISON KITON AUSSI DISTINCTIVE, aussi unique, selon Massimo Bizzocchi, le président de Kiton aux États-Unis, c’est la philosophie de persévérance et de rigueur instaurée par M. Paone depuis le début. « L’objectif de Kiton a toujours été de trouver et de fabriquer ce qu’il y a de mieux, puis de le rehausser davantage. C’est grâce à cette élévation que nous pouvons affirmer notre individualité. Si tout le monde travaille avec du cachemire peigné, Kiton doit se procurer la toute petite quantité de cachemire peigné qui est encore plus impressionnante que les autres. »

 

Dès qu’ils essaient un veston ou une chemise Kiton, la plupart des hommes perçoivent cette sensation palpable de luxe rehaussé d’un cran. Quand ils retirent le vêtement, ils trouvent même qu’il leur manque quelque chose. La valeur ajoutée est omniprésente, surtout pour ceux qui savent apprécier la finesse et la minutie des détails. Les boutonnières du veston, par exemple, sont souples et exceptionnellement durables. Chacune d’elle est cousue à la main (ce qui requiert environ 160 points), à l’aide de fils de soie provenant d’une société italienne qui se dévoue entièrement à la fabrication de fils de boutonnières. Les emmanchures sont ovoïdes plutôt que circulaires, augmentant le confort des bras et la liberté de mouvement. À elle seule, la poche de poitrine exige trois heures de travail manuel, toujours pour l’allure et le bienêtre de celui qui portera le veston. Oui, une machine pourrait faire le travail en quelques minutes, mais le résultat serait plus rigide, moins fluide.

 

Selon Larry Rosen, c’est le respect constant du style napolitain qui permet à Kiton de se distinguer. « En tant qu’entreprise, nous savons que cette marque n’est pas pour tout le monde. Les produits sont très dispendieux, et ils ont une esthétique particulière qui ne convient peut-être pas à tous les hommes. Mais nous adorons tenir cette marque parmi nos collections, parce que nous savons qu’elle nous rend encore meilleurs en tant qu’experts du vêtement masculin. Nous sommes fiers de présenter des produits de ce calibre, avec un aussi grand souci de la confection artisanale. »

 

Quand il parle de Kiton, on constate rapidement que cette société est beaucoup plus qu’un partenaire commercial pour lui. « La relation que nous avons avec cette famille découle de Ciro et de ses neveux; elle remonte à bien des années. En plus de vendre de la qualité, Kiton vend le meilleur de l’Italie. »

loading