Fermer
Aller au contenu Aller à la navigation


 

Questions et réponses : Arnold Brant Silverstone

 

Le président de Samuelsohn nous parle de complets, de traditions et de voitures sport

Final-Rony-of-ABS-(2).jpg

Très peu de gens peuvent prétendre à une lignée aussi importante qu’Arnold Brant Silverstone, quatrième génération de sa famille à travailler dans l’industrie du vêtement. Il est né et a grandi à Montréal et a passé sa carrière à gravir les échelons du milieu de la mode, tout d’abord en fondant sa propre griffe, puis en prenant les rênes de la marque canadienne prisée Samuelsohn en 2010, pour laquelle il agit à titre de président et de chef de la création. En mettant l’accent sur des tissus de qualité, sur des innovations de pointe et sur un savoir-faire de longue date, M. Silverstone a réussi avec brio à actualiser Samuelsohn pour le 21e siècle. Nous l’avons rencontré pour parler de style, de succès et du meilleur endroit pour manger des pâtes à New York.

 

 

Comment Samuelsohn utilise-t-elle son héritage pour se distinguer des autres marques?

 

Les vêtements de qualité de Samuelsohn profitent de près de 100 ans d’expertise et d’un dévouement inébranlable envers la mission du fondateur de la marque, qui consistait à fabriquer les meilleurs complets au Canada. Cela se traduit par une connaissance approfondie des coupes, du confort et de la performance… donc, une grande durabilité.

 

 

Quels sont les avantages de continuer à fabriquer vos vêtements à Montréal?

 

Montréal est une ville dynamique et très cultivée, ce qui nous permet d’embaucher plus facilement des personnes talentueuses ayant reçu une formation dans les meilleurs endroits au monde, de Savile Row à Milan. Comme nous sommes établis au Canada, nous possédons une compréhension approfondie de nos clients, leur style de vie et leurs préférences. Nous pouvons aussi livrer rapidement les vêtements sur mesure, sans l’augmentation des prix entrainée par les droits de douane.

 

 

Comment votre expérience dans l’industrie de la mode vous aide-t-elle à dessiner les vêtements de cette marque légendaire? Connaissiez-vous cette dernière avant de travailler pour elle?

 

J’ai grandi dans ce milieu; on peut donc dire que je l’ai dans le sang. La mode me passionne depuis mon enfance et j’ai toujours voulu travailler dans ce domaine. Durant mes expériences professionnelles précédentes à Montréal, je connaissais bien la réputation de qualité et le souci de la clientèle de Samuelsohn – son dévouement envers le savoir-faire et le service. Créer des vêtements pour de grandes marques internationales, ainsi que pour ma propre marque Arnold Brant, m’a permis d’acquérir une connaissance poussée de tous les aspects du métier. Que ce soit sur le plan de la conception, des ventes ou de la publicité, je comprends bien nos clients, qui sont aussi mes confrères. Depuis l’âge de 21 ans, j’aime de plus en plus travailler avec les meilleures usines textiles, comme Loro Piana et Colombo, mais aussi avec des tissus nouveaux, exclusifs et novateurs, comme la laine Ice Wool, introduite sur le marché mondial par Samuelsohn.

 

 

Selon vous, qui est le client type de Samuelsohn? Pour quelles raisons?

 

Cette marque est conçue pour l’homme canadien cultivé qui réussit bien dans la vie, est à l’aise avec les différents pays et langues, aime les sports d’extérieur, possède un sens du style international et recherche un bon rapport luxe-prix dans ses complets. Comme il est typiquement canadien, il mène une vie active et privilégie des vêtements synonymes de grande qualité, mais aussi de performance.

 

 

Comment la technologie vous aide-t-elle à créer de meilleurs complets?

 

Historiquement, nous avons toujours cherché à utiliser des technologies de pointe, comme la confection de motifs assistée par ordinateur et l’usinage par laser, mais en les jumelant à des techniques vieilles de plusieurs siècles, de manière à obtenir les meilleurs résultats possible. Cette année, notre grande nouveauté a été de transposer ce concept au point de vente afin de rehausser l’expérience client. Nous avons lancé notre logiciel privé de conception interactive [nommé Samuelsohn Interactive Design], créé en collaboration avec l’une des plus importantes agences de jeux vidéo à Montréal. Cette technologie permet au client de voir sa sélection de tissus en rendu intégral sur un avatar et de modifier les choix et détails, comme la fermeture à simple ou à double boutonnage, le revers cranté ou à pointe, et autres. Il peut donc concevoir son propre complet et le revêtir virtuellement – une expérience véritablement révolutionnaire.

 

 

Vous portez couramment les vêtements de Samuelsohn; pourquoi vous semblent-ils un bon choix pour une garde-robe de tous les jours?

 

En raison de leur performance : des tissus novateurs, des emmanchures cousues à la main qui vous suivent aisément dans vos mouvements, un faufilage invisible qui maintient la forme du vêtement même après plusieurs lavages.

 

 

Comment les clients peuvent-ils déterminer si un complet vaut l’investissement? Quelle importance occupe la marque dans cette équation?

 

Un complet bien fait vous donne à peine l’impression de porter un complet. Les modèles de Samuelsohn sont dotés d’emmanchures entièrement cousues à la main et de renforts d’épaule très légers faufilés manuellement pour éviter l’effet volumineux et pour faciliter l’aisance de mouvement. Ils présentent aussi un col en une seule pièce et un revers roulé à la main, ce qui permet au veston d’épouser discrètement les formes du corps. Un vêtement tailleur bien conçu devrait durer plusieurs années, et toutes ces caractéristiques améliorent aussi la longévité. Le nom de la marque importe seulement en ce qui concerne la réputation de savoir-faire.

 

 

Vous travaillez autant dans le monde des affaires que dans celui de la mode; comment la façon dont les hommes portent leurs complets a-t-elle évolué?

 

Il y a plusieurs années, l’homme portait ses complets au travail comme des uniformes, mais de nos jours, tellement d’options s’offrent à lui. Il peut exprimer davantage son individualité, démontrer sa créativité par ses choix vestimentaires et sur les réseaux sociaux – ces derniers le rendent plus engagé et connaisseur en matière de mode.

 

 

En ce moment, quel est votre vêtement préféré de Samuelsohn? Pourquoi?

 

Mon nouveau complet en tricot. Il s’agit de notre plus récent modèle Madison, dont la conception est très souple, on ne peut plus confortable. Son style est attrayant et moderne.

 

 

Selon vous, quel est le meilleur conseil mode qu’on peut donner à quelqu’un?

 

Au-delà des conseils, le meilleur exemple que j’ai reçu est celui que m’ont donné mes parents : comment vivre sa vie avec passion, dévouement, intégrité, honnêteté et amour.

 

 

Quels restaurants aimez-vous?

 

Je voyage constamment et j’ai tellement de favoris, y compris le Milos original de ma ville natale, Montréal. J’adore la cuisine italienne; pour cette raison, à Toronto, je choisis souvent Sotto Sotto, et à New York, quand je prends le temps de savourer un bon repas, je vais chez Trattoria del Arte. J’aime aussi Barton G, à Miami, et le restaurant La Veranda de l’hôtel Four Seasons de Milan.

 

 

Quels endroits vous inspirent? Quelles activités personnelles prenez-vous le temps de faire lorsque vous voyagez par affaires?

 

L’Italie m’inspire parce que c’est un petit pays qui possède tant de culture et de dévouement dans plusieurs industries. Pour un passionné d’automobile comme moi, il n’y a rien de plus sexy qu’une voiture sport italienne. J’essaie donc de trouver le temps de conduire un nouveau modèle ou une auto spéciale chaque fois que je me rends là-bas; par exemple, je participe à une course annuelle dans les Alpes avec le club Ferrari.

 

 

Où vous procurez-vous vos tissus?

 

La plupart d’entre eux proviennent de Biella, en Italie. Les usines de cette région produisent des tissus parmi les meilleurs au monde. Elles se situent à la frontière entre les Alpes italiennes et la Suisse, et on dit que c’est l’eau qui coule des montagnes, utilisée pour laver les fibres, qui garantit cette qualité incomparable. La fabrique de Carlo Barbara, une de mes préférées, conserve ses fils dans une grotte à température contrôlée sous les montagnes – selon elle, c’est ce qui permet d’obtenir la vivacité légendaire de ses couleurs.

 

 

Hormis le fait que les Canadiens adorent les produits d’ici, quels avantages leur procure la mention « fabriqué au Canada » pour ce qui est de la qualité et de la confection? De quelle façon l’entoilage et le souci du détail contribuent-ils à la valeur d’un complet Samuelsohn?

 

La confection canadienne se distingue des autres en raison de la grande diversité de son caractère international et de sa compréhension. Nous connaissons nos clients mieux que quiconque – leur morphologie, leurs exigences, leurs attentes. Nous pouvons leur offrir le meilleur rapport qualité-prix parce que nous n’avons pas de droits de douane à payer ni de frais de transport élevés. Un vêtement de qualité comparable fabriqué ailleurs couterait des centaines de dollars de plus.

 

 

 

 

 

loading